Violence à l'égard des usagers, violence sur les salariés, une double violence ... !

Publié le par Modul'Ondes

« J'avais l'impression d'être une sorte de SS ou de Gestapo chargé d'imposer un poison chez les gens » se souvient Marco (son prénom est changé pour préserver son anonymat), 26 ans, électricien et ancien poseur de compteurs Linky, pendant cinq mois, en 2016. « Quand j'ai été licencié, j'étais content ! » Combien sont-ils en France, parmi les 1800 salariés employés dans plus d'une trentaine de boites sous-traitantes chargées par Enedis (ex-ERDF), le principal distributeur d'électricité, de poser les compteurs Linky, à vivre leur travail comme un calvaire moral, jusqu'à en arriver à vivre le chômage comme une libération ? « Nous avons pour consigne de tout faire pour convaincre les récalcitrants, témoigne Marco. Aux mensonges et menaces par courriers, coups de fil et SMS à répétition de la part d'Enedis, s'ajoutent les visites des techniciens qui vont défiler toute la journée pour les faire craquer. » ...

« Environ 200 collectifs se sont créés pour informer les usagers de leur droit à refuser le remplacement de leurs compteurs et organiser la résistance, à ce jour 340 municipalités, de tous bords politiques, s'opposent à l'installation des nouveaux compteurs. » Des petites et moyennes communes, mais aussi des villes comme Aix-en-Provence, Saint-Denis, Caen, Fontenay, Melun, Bondy... Enfin, à cette montée en puissance d'une opposition de plus en plus organisée et consciente de ses droits, s'ajoute deux obstacles majeurs :

- rien n'oblige légalement un particulier à accepter le remplacement de son compteur (ICI) ;

- la moitié des 35 millions de compteurs est installée chez les particuliers et, sauf à violer leurs propriétés, ils sont donc, en principe, inaccessibles ! (ICI)

...

Publié dans Linky, Caen, Calvados, Santé, Enfants